Mon logo

14. juil., 2017

 

La première gazette parut en 1631, sous forme hebdomadaire de quatre pages. Gazette vient de l'italien gazetta , c'est à dire une monnaie de la ville de Venise, servant à acheter le journal.

 

La Gazette de l' Astronomie s'adresse aux lecteurs quatre cents ans après cette première parution de la presse. Elle est née le 29 août 2009, lors de l'année mondiale de l'astronomie qui a  célèbré aussi les quatre cents ans de l'utilisation de la lunette astronomique par Galilée, né dans la ville de Pise.

Bien à vous,

Christian

 

La publication des Gazettes est à la vérité nouvelle, mais en France seulement, et cette nouveauté ne leur peut acquérir que de la grâce, qu'elles se conserveront toujours aisément moyennant la vôtre ; se renouvelant mêmes comme elles font à tous les ordinaires.
Mais surtout seront elles maintenues par l'utilité qu'en reçoivent le public et les particuliers; Le public parce qu'elles empêchent plusieurs faux bruits qui servent souvent d'allumettes aux mouvements et séditions intestines. Voire, si l'on en croit César et ses Commentaires, dès le temps de nos aïeuls leur faisaient entreprendre précipitamment des guerres dont ils se repentaient tout à loisir. Les particuliers, chacun d'eux ajustant volontiers ses affaires au modèle du temps. Ainsi le marchand ne va plus trafiquer en une ville assiégée ou ruinée, ni le soldat chercher emploi dans les pays où il n'y a point de guerre. sans parler du soulagement qu'elles apportent à ceux qui écrivent à leurs amis : auxquels ils étaient auparavant obligés ; pour contenter leur curiosité, de décrire laborieusement des nouvelles le plus souvent inventées à plaisir et fondées sur l'incertitude d'un simple ouï-dire.

(Préface, deuxième chapitre, Gazette de l'année 1631, par Théophraste Renaudot, médecin et historien du roi )

14. juil., 2017

Cosmologie

Un peu de lecture en cet été torride : l' article de Revue Espace & Astrophysique No19, juillet 2017, pages 72 à 79 par Mario Cosentino.

14. juil., 2017
Cosmologie
de J-P Metsavainio
En raison de grandes distances, la parallaxe réelle ne peut pas être imagée dans la plupart des objets astronomiques.
J'ai développé une technique expérimentale pour convertir mes astropics en modèles volumétriques artificiels.
Mes expériences 3-D sont un mélange de science et une impression artistique. Je collectionne la distance et d'autres informations avant de faire ma conversion en 3-D. Habituellement, il existe des étoiles connues, en cours d'ionisation, afin que je puisse les placer à distance droite. Si je connais une distance de la nébuleuse, je peux bien affiner les distances des étoiles, alors, cette bonne quantité d'étoiles est à l'avant et derrière l'objet.
J'utilise une méthode de "règle de base" pour les étoiles: plus lumineux est plus proche, mais si une distance réelle est connue, je l'utilise. De nombreuses formes 3-D peuvent être découvertes simplement en regardant attentivement les structures en nébuleuse, telles que les nébuleuses sombres doivent être à l'avant des nébuleuses d'émission afin de se présenter, etc.
La structure générale de nombreuses régions formant des étoiles est très similaire, il y a un groupe d'étoiles jeunes, en tant que cluster ouvert à l'intérieur de la nébuleuse. Le vent stellaire des étoiles brise le gaz autour de la grappe et forme une sorte de cavitation - ou un trou - autour de lui. Les formations en forme de pilier dans la nébuleuse doivent indiquer une source de vent stellaire, pour la même raison.
À quel point le modèle final est précis, dépend de combien je l'ai connu et j'ai bien compris. La motivation pour faire ces études en 3-D est juste pour montrer, que les objets dans les images ne sont pas comme des peintures sur la toile mais des objets vraiment tridimensionnels flottant dans l'espace tridimensionnel. Cela ajoute généralement une nouvelle dimension à mon hobby comme imageur astronomique.

 

15. nov., 2015

Tout d' abord, en hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015 en France, j'ai placé l'image d' un loup qui hurle à la lune dans la nuit, sur la bannière à droite.

Serge Reggiani chantait les loups sont entrés dans Paris.

 

La NASA indique que le satellite naturel de Mars, Phobos, a commencé à tomber. Attiré par la gravité de Mars, Phobos devrait collisionner Mars à longue échéance.

Le satellite Phobos serait formé de débris auxquels une croûte élastique de régolithe donne la forme et la consistance. Cette couche serait de 100m seulement. Des rainures ou vergétures se forment en un point focal sur cette couche cohésive. Et cela à cause des effets de marée créés par la gravité de Mars. Ce sont des forces de marées identiques entre la Terre et la Lune qui leur donne une forme, un aspect pas tout à fait rond.